Qu’est-ce que ce « supervectoring 35b » ?

Depuis l’annonce de la FRITZ!Box 7590 lors du CeBIT 2017, le terme de supervectoring est employé de plus en plus fréquemment. Une bonne raison pour expliquer cette technologie dans notre guide : à quoi correspond le supervectoring ? En quoi se démarque-t-il des technologies déjà existantes ? Quels sont ses avantages ?

Un nouveau standard DSL

Le supervectoring 35b incarne l’évolution la plus récente du standard VDSL. Il est également désigné par les termes de VDSL Annex Q, Vectoring Plus ou V Plus.

Existent actuellement les profils DSL 8a, 8b, 12a, 12b, 17a, 17b et 30a, à savoir que le 17a reste le plus utilisé par les fournisseurs. Ces désignations font référence au spectre de fréquences utilisé (0-8 MHz pour le profil 8, 17 MHz pour le profil 17 etc.). Pour les opérateurs de réseau, le gros avantage de cette technologie est qu’elle se base sur une architecture DSL déjà existante. Une grande partie des données continue ainsi à être transmise via le réseau câblé en cuivre existant. Seules les stations de distribution, lesdites DSLAM (Digital Subscriber Line Access Multiplexer) doivent être équipées. Le supervectoring 35b peut être proposé par l’opérateur de réseau à partir d’une DSLAM, également en parallèle de l’ADSL, ADSL2+, VDSL2 (par ex. le DTAG 50 Mbit/s) et du vectoring déjà installé (100/40 Mbit/s). Sur des petites distances (jusqu’à 300 m de la DSLAM), des vitesses de 300 Mbit/s max. peuvent ainsi être atteintes.

Téléchargement jusqu’à 300 Mbit/s

Pour tous les types de DSL, les utilisateurs doivent se partager la bande passante dans un faisceau de câbles. Plus il y a de personnes recevant en même temps d’importants débits dans un faisceau de câbles, moins il y a de bande passante disponible pour chacune d’elles. C’est là qu’intervient ledit « vectoring ». Il permet de réduire l’interférence réciproque des paires de fils cuivrés avoisinantes d’un câble. Ce processus nécessite une haute puissance de calcul dans les DSLAM car le système doit calculer les interférences pour chaque paire de fils cuivrés d’un faisceau. Deux signaux sont alors envoyés dans la paire de fils respective : le signal de renseignements à proprement parler et un signal-retour généré par les interférences calculées. Résultat : les signaux d’interférence créés par diaphonie sont presque réduits à néant. Les connexions ne sont pas plus rapides mais plusieurs connexions rapides peuvent cohabiter dans un même faisceau de câbles. La vitesse de 100 Mbit/s a ainsi pu être attestée.

Le supervectoring prend donc le relais, utilisant encore plus de spectre de fréquences qu’avant et permettant des bandes passantes plus importantes (téléchargement 300 Mbit/s, chargement 50 Mbit/s).

Pour cela, il vous faut simplement - outre le tarif correspondant de votre fournisseur Internet - un routeur compatible comme la FRITZ!Box 7590.